Amitié·Aventure·Fantasy·Guerre·Royaume

Quand je serai grande, je serai Reine

 

La Reine du Tearling, Tome 1
-Erika Johansen-

la reine du tearling photo

sticker-fleche-4

« Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle diabolique a pris le pouvoir. Le jour de ses dix-neuf ans, une garde dévouée l’escorte de son repaire à la capitale, où elle devra reconquérir la place qui lui revient de droit et devenir Reine du Tearling.

La quête de Kelsea pour sauver son royaume et aller vers son destin ne fait que commencer. Long périple semé d’embûches, empli de bruit et de fureur, de trahisons et de combats farouches. Une épreuve du feu, qui forgera sa légende… ou la détruira. »

sticker-fleche-4

La Reine du Tearling, sort un peu de de mon registre, j’avoue être partisante de l’histoire d’amour dans les histoires, j’aime quand dans tous types de genre une romance se forment et je reconnais avoir fais la moue quand j’ai vu qu’il n’en avait pas vraiment. Bien que déçue, l’histoire n’en est pas moins intéressante.

 Loin du château, loin du village, encore plus loin de la civilisation, habite Kelsea la future Reine de son royaume, cacher à tous et de tous, elle apprend l’art de la guerre, du langage corporel, à manier les mots, les armes, à survivre dans la nature, à masquer ses émotions. Le récit ne perd pas de temps, on est propulsé dans l’univers flamboyant d’Erika Johansen, avec l’arrivée de l’armée chez les parents adoptifs de Kelsea.

Âgée de 19 ans, elle a grandi dans ce but, prendre la place de sa mère. Ce jour est arrivé, alors qu’on s’attend à des difficultés pour récupérer la couronne que son oncle veut conserver, ce n’est pas là que l’auteure nous emmène. Effectivement, Kelsea inconnu de tous, vit dans l’ombre de sa mère qui était d’une  grande beauté, mais sans cervelle, vaniteuse et éprise de luxure, ce qui révulse au plus haut point Kelsea et surprend le peuple.

Dans beaucoup de livres la beauté et tout ou rien, il a rarement de justes milieux et, malheureusement, ce roman n’y échappe pas. Je comprends que l’auteure ait voulu créer un personnage profond avec des valeurs, mais pourquoi doit-il être à ce point terni par des adjectifs péjoratifs? J’ai vraiment trouvé cela dommage. Bref revenons a ce qui nous intéresse c’est-à-dire l’ensemble du livre.

Kelsea qui n’avait jamais vu plus loin que sa forêt va découvrir avec horreur la vie que mènent ses sujets, jamais elle ne c’était senti aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu’elle découvre vont la pousser à commettre des actes d’une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente et déchaîne la vengeance de la Reine rouge. Mais d’autres choses entraveront son chemin,  les choix de sa mère, l’ignorance de l’identité de son père.

Kelsea est un personnage admirable, ses valeurs nobles et ses actes de bravoure, sa fermeté et son esprit agile, démontre que malgré son jeune âge et son exil, elle est celle qui doit régner. Elle est entourée de personnages secondaires qui sont tous très attachants et importants dans son gouvernement.

Le récit n’est pas du point de vue de Kelsea malheureusement et beaucoup de personnages ont pris de la place dans l’histoire, pouvant parfois porter à confusion. L’écriture n’est en rien difficile à lire, une histoire très intéressante qui ne fait dire sans l’ombre d’un doute que je lirais la suite.

sticker-fleche-4

« -Pourquoi m’a-t-on amené une jument, alors que vous montez tous des étalons ?

-Nous ignorions si vous seriez capable de tenir en selle, madame, répliqua-t-il, avec un ironie non dissimulée. Encore moins un étalon.

Le regard de Kelsea s’aiguisa.

-À votre avis, à quoi ai-je passé mon temps, durant toutes ces années à vivre dans les bois ?

-À jouer à la poupée, madame. Vous coiffez. Essayez des toilettes.

-Ai-je donc l’air d’une jouvencelle qui se mire à longueur de journée devant sa glace, Lazarus ? lança-t-elle en se rendant compte après coup qu’elle avait dû hausser le ton, car plusieurs têtes s’étaient tournées vers eux.

-Certes non. »

 

Si vous l’avez lu ou s’il vous donne envie, dis-le-moi en commentaire, je serais ravi de vous lire.

sticker-fleche-4

Achat neuf : 22.00€ (Amazon)
Achat D’occasion : 17.11€  (Amazon)

 

Lu avec

Infusion 

Tom Odell, Long Way Down

Livres Similaires

Le Septième Guerrier Mage, Paul Beorn

L'apprenti d'Araluen,  John Flanagan

Renégat, Miles Cameron

signature

Publicités

Un commentaire sur “Quand je serai grande, je serai Reine

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s