Téléréalité

La télé m’extermine…

Acide sulfurique
-Amélie Nothomb-

P_20170911_165701_1

sticker-fleche-4

« Concentration est une émission télévisée fondée sur le principe des camps de concentration allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale. Des hommes et des femmes ont été enlevés arbitrairement puis faits prisonniers. Ils vivent dans un camp, dans des conditions inhumaines (insalubrité, malnutrition, déshumanisation) et sont soumis aux ordres de kapos, recrutés par les organisateurs de l’émission pour leur manque de subtilité. Les prisonniers travaillent dur toute la journée à la création d’un tunnel. Tout cela se fait sous l’œil averti de plusieurs caméras et avec l’aval de milliers de téléspectateurs. »

sticker-fleche-4

 » Vient le moment où la souffrance des autres ne leur suffit plus; il leur en fallut le spectacle »

Voilà par quoi s’ouvre le livre et fait office de résumé pour la quatrième de couverture. Autant vous dire que le jour où j’ai saisi ce livre, ma curiosité a été piquée. Le résumé fait quelques lignes en amont, a sûrement su vous mettre au parfum quant au  genre de l’histoire et à son sujet.

Amélie Nothomb n’y va pas de main morte dans sa critique de la société, je veux dire quand même, elle a choisi l’un des événements  les plus dramatiques de l’histoire pour faire sa critique; les camps de concentrations durant la Seconde Guerre Mondiale. Je ne pense pas qu’elle ait choisi par hasard cet événement tragique.

 Amélie Nothomb critique les méfaits de la télé-réalité, leur exubérance, et pointe du doigt les créateurs qui sont prêt à tout pour vendre. L’émission a pour nom « concentration » et malgré une appellation qui ne trompe pas et un premier épisode qui ne démord pas les soupçons, les gens sont captivés par ce nouveau show, les amenant a oublier que derrière cet écran, il y a de vraies personnes qui souffrent. Que l’on fait mourir pour le plaisir de l’audimat. Dans ce récit est montrée la facilité des gens à aimer la souffrance des autres, tant que ce n’est pas eux, cette souffrance semble même les rassurer comme les réconforter dans leur fort intérieur qu’eux sont à l’abri. Je pense même que les spectateurs trouve toute cette torture grisante, car pour quelle autre raison regarder sinon?

On peut trouver de l’inhumanité en chacun si l’on ne fait pas plus attention à ses actes, voilà ce que l’on peut en tirer comme moral. Les personnages du roman ont  pour nom des immatricules, leur enlevant toutes traces d’humanité en eux les réduisant à des objets ni plus ni moins. Dans ce récit Amélie Nothomb nous montre qu’il n’y a pas besoin d’être en Guerre, pour basculer vers l’inhumanité.

« Ce n’est pas pour rien que les humains portent des noms à la place de matricules : le prénom est la clé de la personne. C’est le cliquetis délicat de sa serrure quand on veut ouvrir sa porte. C’est la musique métallique qui rend le don possible. »

A travers Acide Sulfurique, nous suivons en particulier quelques personnages dont Pannonique (CKZ114), son camarade, ancien professeur d’histoire et amoureux plein d’admiration, EPJ327, mais également la kapo Zedna, sensible elle aussi à la beauté de Pannonique. Cette dernière est une figure de la résistance. Elle prendra des risques face aux caméras et partagera les carrés de chocolat donnés discrètement par Zedna avec ses camarades.

J’ai trouvé très intéressant comment l’auteur apportait ses pensées, tout en créant des personnages très différents, cherchant la même chose, « la liberté ». L’un de mes livres préférées qui aide vraiment à réfléchir sur certaines choses que l’on fait ou dit inconsciemment ou consciemment et sa porté sur l’autre.

sticker-fleche-4

« Vous savez bien que le programme télévisé est souvent l’unique conversation des gens. C’est pour ça que tout le monde regarde les mêmes choses : pour ne pas être largué et avoir quelque chose à partager. »

sticker-fleche-4

  Achat neuf : 11.50€ (Amazon)
Achat D’occasion : 7.39€  (Amazon)

Lu avec

Thé à la vanille

Carole King ( The Ode Collection 1968-1976)

Livres Similaires

Kinderzimmer, Valentine Coby

L'oeil de Caine, Patrick Bauwen

Si c'est un homme, Primo Levi

signature

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s